▌TRAVAIL LE WEEK-END : LES NON-DITS DE LA DIRECTION

Ça cogite dur à la Direction des collections ! A force de supprimer des emplois de magasiniers (une centaine depuis 2009), les effectifs ne sont plus assez nombreux pour assurer le service aux lecteurs. L’élaboration des plannings week-end de 2018 a été un véritable casse-tête pour les départements.

Soulignons également que depuis des années, l’établissement a recours à l’emploi précaire pour pallier au manque de magasiniers titulaires. Ces vacataires de service public, à l’origine recrutés sur des CDD à mi-temps, suite à de multiples grèves dont celles de 2016, ont obtenu une augmentation de leur temps de travail (70% d’un temps plein : le maximum légal) et le passage en CDI pour ceux qui le souhaitaient.

Aujourd’hui, la Direction prétend que les difficultés pour réaliser les plannings sont la conséquence directe du remplacement des vacataires quittant l’établissement par des titulaires (2 vacataires = 1 mag à temps plein pour l’administration), oubliant un peu vite qu’elle a choisi de supprimer en quelques années une centaine de postes de magasiniers. Sans scrupule, elle demande en 2018 aux personnels de pallier à ses choix désastreux en réalisant plus de samedis et de dimanches, en travaillant le week-end en équipe restreinte, etc.

► La CGT n’est pas dupe et demande l’appel rapide de la liste complémentaire du dernier recrutement de magasiniers (48 postes dont 1/3 de vacataires lauréats) pour faire face aux besoins des services

► La CGT et la FSU proposent également de mettre en place un système de communication en différé le samedi (les demandes étant prélevées par des équipes renforcées le vendredi pour des samedis sans communication directe et le lundi pour les rangements) afin de diminuer la pression sur les plannings, permettre au plus grand nombre de profiter du week-end et renforcer les équipes le reste de la semaine. Cela éviterait également aux magasiniers de faire plus de 10 samedis/an comme l’envisagerait l’administration pour pallier au manque d’effectif.