▌LA CONSERVATION A LA BNF : PARENT PAUVRE DU CONTRAT DE PERFORMANCE 2017-2021

livre ouvertDepuis 2009, le budget de la conservation, pourtant mission fondamentale de la BnF, a subit des baisses répétées (30% en quelques années).

Les emplois ne sont pas non plus épargnés : depuis 2005, le département de la conservation a perdu 10% de ses effectifs et dans les ateliers internes le volume de documents traités se maintient difficilement faute de budgets et de personnels. D’ici 2026, 46 départs à la retraite vont se succéder, soit près de la moitié des effectifs de métiers d’Art. Pendant ce temps, la direction recrute au compte-goutte et ne profite pas des concours récemment organisés par le Ministère de la culture pour recruter à hauteur des besoins (seulement 4 entrées externes pour le dernier concours de technicien d’art).

Le dernier contrat de performance est particulièrement préoccupant. La BnF ne semble plus avoir de politique de conservation à hauteur de son statut de bibliothèque nationale et patrimoniale. La conservation est presque exclusivement vue sous l’angle de la numérisation et des demandes des lecteurs. La campagne prioritaire de numérisation des hors d’usage et urgent lecteurs en est l’exemple le plus frappant. Pour la CGT, la conservation n’est pas seulement numérique mais passe par la conservation et la restauration des documents physiques.

Plus grave encore, le déni des métiers et des savoir-faire des personnels, en particulier des ateliers, qui semblent se réduire pour la direction à de la préparation des lots à numériser ! Cette politique sans ambition a des conséquences dramatiques pour la pérennité de la filière Métiers d’art à la BnF et à long terme sur les collections patrimoniales.

La CGT BnF défend :

  • Une politique de conservation ambitieuse, dans une logique de service public (réinternalisation des filières transférées au secteur privé) et de sauvegarde du patrimoine
  • La création de postes statutaires dans la filière Métiers d’art et la défense des savoir-faire
  • Une réflexion sur l’articulation entre conservation et numérisation au service de la préservation des collections : la numérisation ne doit pas être le seul moyen de conserver les documents