▌RICHELIEU : DE TROP NOMBREUSES DIFFICULTÉS ET UNE TRÈS BONNE NOUVELLE

travaux-2La réouverture du site de Richelieu en décembre s’est faite dans la précipitation. Très clairement, il fallait que le public puisse revenir dans le quadrilatère avant la fin de l’année 2016, question d’affichage certainement après les 3 ans de retard pris par le chantier. Peu importait que les installations ne soient pas totalement opérationnelles (fenêtres laissant passer le froid, coupures électriques et informatiques, etc.) ou que des équipements fonctionnent de façon aléatoire (chauffage, ascenseurs, lecteurs de badges, etc.).

Évidemment aucun département n’a eu le temps de tester le fonctionnement de la bibliothèque avant la réouverture et les agents ont dû faire face à des salles de lecture en cours d’équipement, à la complexité des cheminements, à des espaces mal pensés, à une nouvelle organisation du travail et à des procédures pas encore bien cadrées. Rien n’a donc été simple et c’est grâce à l’investissement et au professionnalisme des personnels que Richelieu a pu accueillir public et lecteurs dans de relatives bonnes conditions.

Une bonne nouvelle pour les personnels !
Lors du dernier Conseil d’administration la Direction a décidé de débloquer 800.000 euros afin d’entreprendre des travaux dans la zone 1 et remplacer certains équipements notamment les fenêtres. Si c’est une très bonne nouvelle pour les agents, elle interroge néanmoins quant au pilotage du projet.  Est-il normal de débourser des centaines de milliers d’euros pour intervenir sur un chantier à peine terminé ?

Par ailleurs, en ayant décidé de redémarrer l’activité sans avoir testé les équipements, l’administration a fait le choix contestable de résoudre les problèmes au fil de l’eau et sur la durée. De fait, ce sont les personnels qui en payent les conséquences.