LA CGT DIT NON A LA PRIVATISATION DU PATRIMOINE NUMÉRISÉ DE LA BnF !

Deux nouveaux accords concernant la numérisation des collections de la BnF viennent d’être conclus via la Filiale BnF-partenariats : 70000 livres anciens seront numérisés par la Société ProQuest et 200.000 vinyls par les sociétés Believe digital et Memnon archiving services. Ou comment la BnF et le Ministère de la Culture privatisent le patrimoine public pour dix ans et permettent à des sociétés privées de dégager des bénéfices avec la commercialisation de ces collections numérisées.

Rappelons que la Filiale BnF-Partenariats a reçu de l’Etat via le Grand emprunt et la Caisse des dépôts et consignations 10 millions d’euros. La CGT aurait préféré que le ministère attribue ces sommes directement à la BnF dans le cadre d’une politique publique du patrimoine numérique donnant à tous l’accès gratuit au patrimoine et à la culture.

POUR LA CGT, NUMÉRISÉS OU PAS, LES OUVRAGES D’UNE BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE APPARTIENNENT A LA COLLECTIVITÉ ! NON A LA PRIVATISATION ET A LA COMMERCIALISATION DU BIEN COMMUN !

Alors que le ministère de la Culture refuse depuis des mois de rencontrer la CGT sur ce sujet (voir notre courrier : ici), la signature de ces 2 nouveaux accords est en train de soulever une vague d’indignation :
► La réaction de l’Association des directeurs et personnels de direction des Bibliothèques universitaires (ADBU) : ici
► La réaction de l’Interassociation Archives Bibliothèques Documentation (IABD) : ici
► Un appel de plusieurs associations : Non à la privatisation du domaine public par la Bibliothèque nationale de France : ici
► Le communiqué de l’Association des Bibliothécaires de France (ABF) : ici
► Un article d’ActuaLitté : Vendre le domaine public n’est pas le rôle des gestionnaires Bnf : ici
► Un article du blog S.I.Lex : La privatisation du domaine public à la BnF, symptôme d’un désarroi stratégique : ici