▌POURQUOI UNE NOUVELLE GREVE LE 19 AVRIL A LA BnF ?

Intersyndicale CGT BnF – SUD Culture BnF

PUBLIC & PRIVÉ JEUDI 19 AVRIL, TOUS ENSEMBLE POUR GAGNER

► UN GOUVERNEMENT SOURD AUX REVENDICATIONS DE LA POPULATION

De nombreux travailleurs du privé comme du public (EHPAD, Carrefour, Air France, énergie, SNCF, agents de l’Etat…) retraités, étudiants se mobilisent pour refuser les politiques gouvernementales et patronales et porter d’autres perspectives sociales : défense et développement des services publics, hausse des rémunérations, créations d’emplois, meilleures conditions de travail, refus de la sélection dans les universités, etc. > Pour mettre un terme aux politiques de régression sociale du gouvernement, pour que le patronat accepte les revendications des salariés, il nous faut encore accentuer l’ampleur des mobilisations et faire converger les luttes.

► A LA BNF, LA LUTTE PAYE, ALORS AMPLIFIONS LA MOBILISATION

La BnF, ses missions et ses effectifs ont déjà été durement touchés par ces politiques régressives : plusieurs millions de coupes budgétaires et 270 emplois supprimés depuis 2009. Néanmoins, à chaque fois que les personnels se sont mobilisés en nombre, il a été possible d’entraver ces mesures et de gagner sur des revendications locales. Cela a été le cas en 2013, 2016 et 2017.

Faisons de 2018 une nouvelle année de mobilisations et de victoires à la BnF pour les missions et l’emploi, pour plus de transparence et d’équité concernant les carrières et les primes, pour améliorer les conditions de travail notamment de ceux et celles travaillant en local aveugle, à Richelieu et à PHS, pour améliorer la situation des plus précaires, contre la vente et la marchandisation du patrimoine immobilier de la BnF, contre les réorganisations incessantes facteurs de risques psycho-sociaux, etc. VOIR LE TRACT CGT-SUD BnF : ICI

► DANS LA FONCTION PUBLIQUE IL S’AGIT DE CONTRER :

  • 120.000 nouvelles suppressions de postes dans la fonction publique
  • Une nouvelle baisse du pouvoir d’achat (gel du point d’indice servant à calculer nos salaires, hausse de la CSG à peine compensée jusqu’en 2019, jour de carence en cas d’arrêt maladie)
  • 15 milliards de coupes budgétaires et des missions de service public qui disparaissent
  • La rémunération au « mérite » en fonction des objectifs (évidemment en hausse) de l’employeur en raison des suppressions de postes
  • Le recul des garanties collectives : avec la remise en cause des CAP (carrière) et des CHSCT (conditions de travail), c’est l’arbitraire qui s’installe définitivement
  • Le recours amplifié aux personnels contractuels et à plus de précarité

Assemblée générale, mardi 17/04 à 13h > hall Ouest (vous disposez d’une autorisation d’absence : 1h sur votre temps de travail pour assister à cette réunion – décret du 28 mai 1982 utilisez là, prévenez avant vos encadrants)

 MANIFESTATION, 19/04 à 14h Montparnasse, RDV rue du Départ