▌LE 22 MARS, LA BnF EN GREVE : ANALYSE, CHIFFRES ET FAITS

La mobilisation du 22 mars a été particulièrement suivie dans notre établissement (voir ci-dessous le détail des perturbations).

Jeudi après-midi, ce sont également 120 à 150 personnes qui ont défilé derrière la banderole « BnF en grève ». Plusieurs sites, différents statuts (titulaires, contractuels et vacataires), catégories (A, B et C) et métiers (magasiniers, administratifs, bibliothécaires, métiers d’Art, conservateurs, techniciens… et un certain nombre de chefs de services !) étaient présents.

Si cette forte mobilisation est la conséquence d’un ras-le-bol général, elle est aussi l’expression d’un rejet massif des contres réformes du gouvernement (Action publique 2022) et du discours de ce dernier envers les agents de la fonction publique.

Présentés comme un fardeau, une entrave, une charge pour l’Etat, plombant les finances publiques et travaillant mal (« pas assez efficace »), les personnels sont exaspérés de cette stigmatisation alors qu’ils œuvrent tous les jours, dans des conditions parfois très difficiles, au bon fonctionnement des services publics.

Marre également des discours qui opposent ceux qui n’ont pas grand-chose à ceux qui n’ont pas beaucoup plus : les retraités toucheraient des pensions « démesurées » par rapport aux actifs, les personnels du public ou de la SNCF seraient « des privilégiés » par rapport à ceux du privé, les salariés en CDI seraient trop « rigides » par rapport aux CDD… Par contre rien concernant ceux qui accumulent toujours plus de richesse à part une réforme de la fiscalité en leur faveur

L’objectif du gouvernement est de nous diviser, alors restons unis et solidaires, continuons la mobilisation.

► Mobilisation réussie > de très importantes perturbations :

Le site François-Mitterrand  :
  • aucune communication de documents n’a été assurée
  • les salles A (matinée), E, F et de la mezzanine de la salle J n’ont pas pu être ouvertes de la journée. Les salles K, L, M et P ont dû être fermées à 17h30 au lieu de 20h
  • fermeture de l’Accueil général à 17h au lieu de 19h
  • fermeture du Bureau des badges et des clés

Le site Richelieu  :

  • les salles de lecture du département des Manuscrits et du département des Arts du spectacle sont restées fermées
  • aucune communication de documents n’a été assurée au département des Estampes et photographies
  • le département de la Musique a dû être fermé 17h (communication des documents perturbée)

La Bibliothèque de l’Arsenal a fermé à 17h.