▌PRIME DE FIN D’ANNÉE : CE QUE NE DIT PAS LA DIRECTION ! 

Cette prime est le fruit de plusieurs années de lutte suite à une tentative de suppression par la direction en 2010. La mobilisation des personnels avait alors permis de limiter la casse. Résultat : 130€ brut pour les catégories C, 100€ pour les B, mais rien pour les A.

En 2015, poursuivant la mobilisation avec les personnels, les organisations syndicales avaient obtenu 400€ pour les C, 325€ pour les B et 145€ pour les A. Ce montant est dès lors resté inchangé.

Les écarts entre catégories s’expliquent, non pas en raison d’une différence de revenus (la CGT a toujours été attachée au fait que les salaires soient le reflet du niveau de qualification) mais en raison d’une progression à l’ancienneté profondément injuste. En 10 ans, le salaire d’un catégorie A (entrant dans la fonction publique par exemple) progresse de 34,6%, un B de 11,5% et un C de 1,54%.

► UNE SURPRIME (LE CIA) QUI DIVISE LES PERSONNELS  

Le CIA (complément indemnitaire annuel) vient s’ajouter à la prime de fin d’année.

Totalement inégalitaire (700 euros pour les A, 330 euros pour les autres), son montant a été dissimulé aux organisations syndicales lors de la présentation du dispositif de fin d’année. La direction, qui a la main sur les primes, aurait pu évidemment opter pour d’autres choix.

Cette différence de plusieurs centaines d’euros entre catégories est injuste et irrespectueuse de l’engagement de l’ensemble des personnels à faire fonctionner une bibliothèque qui, par ailleurs, va mal.

Le choix des montants du CIA, qui remplacera à terme la prime de fin d’année, témoigne également de la conception élitiste et non pas sociale de l’administration vis à vis de ce régime indemnitaire.

Pire, la direction souhaite à l’avenir moduler le montant de la prime en fonction de l’avis des chefs de service.

Pour une prime, servant pour une grande part aux fêtes de Noël, ces choix (montants et prochaine modulation) sont profondément cyniques et injustes.

> POUR 2017, RÉCLAMONS UNE SURPRIME DE 700 EUROS POUR TOUS !

> POUR 2018, NON A LA MODULATION DE LA PRIME DE FIN D’ANNÉE EN FONCTION DE L’AVIS DES CHEFS DE SERVICE