▌GREVES 2017 > SE MOBILISER A LA BnF ÇA PAYE !

Avec quelques 700 jours de grèves cumulés lors des mobilisations de cet automne (grèves des 12 et 21 sept., 10 oct. et 16 nov.), les personnels de la BnF ont démontré leur détermination à sopposer aux politiques de régressions du gouvernement.

Concernant les revendications BnF, cette mobilisation a permis, comme en 2016, de stopper les suppressions de postes annoncées et de limiter les coupes budgétaires. Cest une bonne nouvelle pour les personnels et les missions de la bibliothèque. Toutefois, beaucoup reste à faire au regard de la situation désastreuse de la DdRH et du peu dempressement de la direction à améliorer conditions de travail, carrières, etc. 

QUAND LA LUTTE PAYE :

  • Concernant les effectifs : la masse salariale ne sera pas diminuée afin que les suppressions d’emplois prévues pour 2018 n’aient pas lieu. C’était une revendication essentielle après les quelques 270 postes perdus entre 2009 et 2016.
  • Pour limiter l’impact des 5,2 millions de coupes budgétaires prévues pour 2018 : une partie des crédits sera dégelée et une dotation exceptionnelle accordée afin de ramener la baisse effective à 582.000 euros.

> PARCE QUE TOUS ENSEMBLE NOUS SOMMES PLUS FORTS, SYNDIQUEZ VOUS : ICI 

LES TEMPS FORTS DE LA MOBILISATION :

  1. Les 12 et 21 sept., les personnels BnF ont participé aux grèves contre la loi travail et les politiques d’austérité visant les agents de la fonction publique et de la bibliothèque (perte de pouvoir d’achat, nouvelles suppressions de postes, coupes budgétaires, etc.)
  2. Le 27 sept. lors de la présentation du projet de loi de finance (PLF), la BnF se voyait amputer de 5,2 millions de budget pour l’année 2018
  3. Le 3 oct. l’intersyndicale BnF (CGT, FSU, SUD) déposait un préavis de grève spécifique à la bibliothèque (budgets, emplois, conditions de travail, carrières, etc., voir ici)
  4. Le 10 oct. plusieurs centaines d’agents de la bibliothèque cessaient le travail pour dénoncer les mauvais coups portés par le gouvernement et la situation BnF (ici)
  5. Le 16 oct. l’intersyndicale CGT, FSU, SUD interpellait la Présidente de la BnF via une lettre ouverte lui demandant de prendre position et d’intervenir auprès du ministère (ici)
  6. Le 16 nov. une partie des personnels de la BnF étaient à nouveau en grève à l’appel de la CGT et de SUD
  7. Le 30 nov. le Conseil d’administration de la BnF confirmait qu’aucune des suppressions de postes annoncées en 2018 n’auraient lieu et que les coupes budgétaires seraient en partie compensées