▌L’AVENIR DES MÉTIERS D’ART DE LA BNF, LA CGT ÉCRIT AU PRÉSIDENT DE LA BIBLIOTHÈQUE

alarme socialeEn 2012, Frédéric Mitterrand, alors Ministre de la culture s’engageait en faveur de la filière métiers d’art soulignant son attachement à « la valorisation de ces métiers dont l’activité concourt au renom de nos établissements, à la préservation de notre patrimoine et de nos savoir-faire ».

Cet engagement du Ministre, qui faisait suite à la mobilisation des personnels et de la CGT Culture, a permis la mise en place de groupes de travail sur quatre axes : régimes indemnitaires (les primes), questions statutaires, gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences et valorisation.

Un des premiers résultats concrets a été la signature par la CGT d’un protocole sur l’augmentation du régime indemnitaire. Les négociations ont également permis de relancer les recrutements par concours (non ouverts ces dernières années) afin de remplacer les nombreux départs en retraite. 162 recrutements en externe et 87 en interne sont programmés sur l’ensemble du ministère pour les deux prochaines années.

Alors que les grands établissements du Ministère (Louvre, Versailles, Mobilier national, etc.) ont saisi l’opportunité de ces négociations pour engager des recrutements importants, on ne peut que s’inquiéter du manque d’intérêt de la BnF. Pour mémoire, la Direction générale du patrimoine du ministère ouvre sur son champ professionnel (Louvre, Versailles, etc.) 27 postes en interne et 50 en externe, rien que pour les techniciens d’art (la BnF propose seulement 3 postes en externe, alors que 16 postes ont disparu depuis 2010 et 27 d’ici 2026).

► VOIR LE COURRIER : ICI